vendredi 3 avril 2015

Correspondance coquine de Jade et Nico

Un lecteur, un des tout premier, m'a fait cadeau de cet échange d'e-mails en anglais. «En espérant que cela devienne une belle histoire entre vos mains expertes ;-) » m'avait il dit. La traduction fut longue et laborieuse mais j'ai sans doute pas mal progressé en la faisant. J'ai tenté de coller au plus prés à l’esprit de l'histoire en respectant la volonté des auteurs d'origines. Un texte de femme, ce n'est pas courant et celui là est vraiment un tourbillon pour les sens. C'est Jade qui débute l'histoire:


Je t'imagine dans ton magasin, occupé à aider un client, avec diverses questions sur un modèle particulier de vélo sportif. Et je suis là, t'observant attentivement depuis le dépôt fixant le regard sur chacun de tes gestes. Tu sais que je suis là et tu es assez impatient avec le client bavard et insistant, le plaidant pour rapidement acheter ou quitter le magasin. La seule chose à laquelle tu penses, c'est de mettre les mains sur moi et d'en user de bien de manières ici et là. La naissance d'une tension sexuelle et l'impatience causée par ce client décousu fait bouillir ton sang. Tu insistes fermement sur le meilleur rapport qualité-prix du modèle qui l'intéresse pour clore la conversation. En espérant qu'il comprenne le message et prenne congé, mais il a commencé à regarder d'autres modèles.
Tu ne parviens plus à te concentrer, agité et frustré, comme une démangeaison impossible à gratter ... finira t'il par partir un jour ? Je ris intérieurement de te voir ainsi te mettre en rogne, jouissant de t' observer avec la sécurité d'une distance...t' observer toi et ce cycliste coincé du cul à coté du tien. Holala! Le client continue de poser des questions, comme ta patience s'amenuise, tu lui proposes de revenir plus tard avec une réduction sur le vélo qui l’intéresse. Proposition qui ravie le client que tu escortes rapidement vers la sortie, après y avoir placé l'écriteau « fermé ». Tu donnes un tour de clef dans la serrure et baisses le rideau. Tu te diriges vers le fond du magasin où je me trouvais, mais je n'y suis plus maintenant...
« Où est elle? ». Je peux te voir mais tu ne me vois pas. Comme tu continues à cherchez ici et là, encore plus impatient et frustré, je t'entends grogner. Tu tournes entre les rayons cherchant désespérément... « Est elle cachée? » Te demandes tu. Quand tu tombes sur la dentelle sexy et mouillée de ma culotte sur le sol. « hehehe! la vilaine fille...Sorts!, sorts où que tu sois Jade... » dis tu sur le ton de « Je finirai bien par te trouver» sur quoi je me lève de ma cachette un sourcil relevé.

"Bien, maintenant que tu m'as trouvé ... tu penses pouvoir m'attraper?" Je dis avec insolence en souriant prêt à sprinter de dans n'importe quelle direction pour éviter la capture. Tu ris et m'illumines de ton sourire aguicheur; tu passes rapidement d'un côté de l'allée, je prend le chemin opposé. Nous somme tout deux en train de se poursuivre l'un l'autre d'un côté du magasin à l'autre...Aussi bien riant que le haletant, le magasin est rapidement devenu notre cour de récréation.

Je vais t'attraper Jade...et après tu vas le regretter » dis-tu à bout de souffle «Ho oui... j'en suis sure mon joli» je ricane souriant d'une oreille à l'autre et distraite je loupe un pas. Rapidement, tu réduis l'écart et me rattrapes. J'essaye de reprendre l'équilibre mais quand j'y arrive, il est trop tard. Tu es déjà sur moi, m'agrippant par la taille d'une main et de l'autre m'enveloppant de tes bras pour m'immobiliser totalement. «Hahaha Non! Non! NON!» je crie d'excitation et résiste, me tortillant pour essayer de me dégager de ta prise ferme et musclée. « Tu es à moi Jade! » dis tu d'un ton profond et sexy, lançant des frissons à travers mon corps. Je ne peux être que plus excitée par ton approche dominatrice. «Et maintenant Jade...Parce que tu t'es mal comportée...Tu vas t'en prendre, tu vas vraiment t'en prendre...» dis tu d'un ton lent et délibéré, posé. CLAC directement sur mes fesses. Je crie et ris en même temps avec le contraste du doux plaisir et de la douce douleur. CLAC CLAC CLAC ! Les tapes sont rapides, en plein dessus et si foutrement forts. Mes fesses sont littéralement en feu, putain! «Maintenant tu vas être une gentille fille? » demandes-tu avec un ton autoritaire. «Ou vais je devoir te restreindre avec des chaines de vélo. Parce que si je le fait, haha , je vais claquer tes fesses jusqu'à ce qu'elles soient à vif, toute la journée et tu en aimeras chaque instant...» dis tu souriant entre tes dents.
« Nan...je serais sage, je serais sage...s'il te plait... » dis-je en me mordant la lèvre, essayant de me concentrer sur autre chose que cette sensation de brulure. «Bonne petite!» dis tu d'une voix sèche. Et avec mon abandon, dans un mouvement fluide, tu me soulèves par dessus ton épaule, la moities de mon corps pend la tête en bas dans ton dos. Tandis que je rigole, tu te diriges vers l'arrière de la boutique, descendant les escaliers vers l'atelier où tous les outils sont rangés. Il y fait sombre et frais, nous seuls et personne d'autre pour nous entendre. Tu me poses et une fois debout, comme je frôle ton corps avec le mien, je te sens tout dur et prêt, dans l'attente. Je tend ma main, la glissant juste au dessus de ta ceinture de pantalon, effleurant cette petite zone de peau exposée, révélée, te taquinant. Je sais que je t'allume puisque ta respiration devient plus lourde. Tu embrasses doucement mon cou traçant des dessins sur ma peau avec ta langue. Adroitement je défais ta ceinture en une manœuvre rapide, tend la main vers l'intérieur de ton boxer à rayures...hô! Tu es si dur, si imposant...


D'abord te caressant gentiment, ma bouche se met soudain à saliver. Je suis toute prête et désireuse de goûter cette si belle ... que tu as. A cette pensée je me met à genoux, fait descendre ton pantalon et ton boxer et t'aide à t'en extirper. Puis pour mon délice, voilà « Monsieur-Content » bondissant devant ton ventre demandant toute mon attention. Je te regarde d'en bas, me léchant les lèvres et d'une main je te tiens par la base et referme ma bouche autour de toi. En allant très lentement et en douceur au début, jusqu'au bout de sorte que ton gland bute au fond, à l'arrière de ma gorge. Tu soupires « Ho...Oui Jade, comme ça...»


Avec ma langue faisant des cercles autour de ton bout, je me retire lentement et recommence la même manœuvre encore et encore, avec une lenteur lancinante, revenant et sortant pour en lécher le sommet. Je te sens devenir de plus en plus dur, je chatouille tes boules et entoure avec ma langue ton énorme gland. De plus en plus vite à chaque fois, te provoquant. Tu laisses échapper un râle et tes jambes commencent à trembler légèrement « Tu aimes ça? N'est pas Nico? » dis-je d'une voix profonde et sexy. « Ho oui, oh oui » dit tu haletant et grognant.

« Mmm alors peut être que tu apprécieras ceci? » Dis-je d'un ton coquin. Je roule alors ma langue fermement le long d'un coté de ton pénis, serrant tes boules et chatouillant cette petite zone de peau douce entre celles-ci pour ensuite faire rouler ma langue sur l'autre coté. Après t'avoir torturé de la sorte encore un peu, puis un peu plus, je décide d'augmenter la cadence voulant que tu grognes plus fort, cherchant à te jouisse explosivement. Je met ma bouche sur ton gland avec des mouvements rapides et doux allant et venant continuellement. A ce moment, ton corps se met à trembler sans modération, je change de direction allant et venant de nouveau un peu plus fort et un peu plus vite cette fois.

« Ho oui » je t'entend dire tandis que tu balances, ondules ton corps en rythme avec ma bouche. Je  t'entend et te sent au bord de l'orgasme. « ho je vais venir, bébé je vais venir... » et tu le fais, partout dans ma bouche sur ma poitrine. Je te caresse avec ma main en gardant ma bouche ouverte vers toi...voulant tout recevoir en moi comme une très gentille fille.

LA SUITE ICI
Jade et Nico la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire