mercredi 15 avril 2015

L'extase de la sainte

Le Bernin Autoportrait 1623

En 1652, sous le pontificat d'Innocent X (oui c'est déjà une signe un pape qui porte ce nom) Bernini achève la réalisation de la chapelle Cornaro à Rome et choisi pour thème central la transverbération de Sainte Thérèse d'Avila.



passage écrit par Thérèse dans son autobiographie 
« J'ai vu dans sa main une longue lance d'or, à la pointe de laquelle on aurait cru qu'il y avait un petit feu. Il m'a semblé qu'on la faisait entrer de temps en temps dans mon cœur et qu'elle me perçait jusqu'au fond des entrailles; quand il l'a retirée, il m'a semblé qu'elle les retirait aussi et me laissait toute en feu avec un grand amour de Dieu. La douleur était si grande qu'elle me faisait gémir; et pourtant la douceur de cette douleur excessive était telle, qu'il m'était impossible de vouloir en être débarrassée. La douleur n'est pas physique, mais spirituelle, même si le corps y a sa part. C'est une si douce caresse d'amour qui se fait alors entre l'âme et Dieu, que je prie Dieu dans Sa bonté de la faire éprouver à celui qui peut croire que je mens. »


 Certains expliquent les syncopes religieuses comme des phénomènes psychologiques qui relèvent de l'orgasme plutôt que comme des phénomènes spirituels.



Sur la sculpture, la position du corps et l'expression de son visage ont conduit certains à y voir le signe d'un moment d'extase sexuelle. 

Cependant, les spécialistes du baroque mettent en doute cette théorie. Le Bernin aurait-il eu des intentions aussi lubriques? S'il avait fait exprès il aurait pas fais mieux je pense...Le plus troublant, à mon avis, ce sont les spectateurs placés dans les loges qui semblent observer et commenter la scène


Comment donner envie aux « fidèles » d’être pieux? Comme quoi, même dans un contexte religieux, de tout temps l'art a servi de prétexte pour médiatiser la sexualité. 


L'Extase de la bienheureuse1675

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire