lundi 20 avril 2015

Ma première fois avec une fille




J'étais en première année de formation, en couple depuis un an. Ma vie tournait tranquillement. L'été venu, je postule pour un job d'été, de quoi poursuivre ma formation en deuxième année. Je trouve un poste d'animatrice de centre de loisir maternel tout prés de chez moi dans mon ancienne école justement. Le responsable, un chilien d'origine, un homme à fort tempérament, mène ses troupes d'une main de fer. L'ambiance de travail est presque familiale et potache cependant. Je commence à sympathiser avec une collègue, Laura. Elle est dans la section qui jouxte la mienne, celle des petits. De mon coté, je m'occupe d'un groupe de moyens. Elle est la seule dans l'équipe à ne jamais hausser le ton, quand je la vois dans la cour, il y a toujours un enfant pour lui tenir la main et la suivre. Quand il y a un petit bobo, un chagrin, c'est plutôt vers elle qu'ils savent trouver du réconfort. Il faut dire qu'elle a l'air très douce. Peu être la candeur de sa jeunesse, sa peau métissée, les traits arrondies de sa bouche, ses cheveux bouclés et noirs, tout en elle évoque la douceur et le charme sans jamais être agressif. C'est une belle jeune femme, aussi elle sait se mettre en valeur : Ses petites robes à fleurs contrastent tellement avec ses grosses Doc-Marten's que ses jambes ont l'air encore plus mignones. C'est assez naturellement que nous commençons à nous rapprocher tout d'abord autour de nos valeurs, nos façons de travailler auprès des enfants. Un jour, on envisage de se retrouver après le travail pour aller boire un verre et très vite elle me confie sa bi-sexualité. 
Cette annonce me fais beaucoup me questionner sur mon orientation sexuelle. En effet, depuis mes premiers flirts avec des garçons de mon age, j'ai comme qui dirait complètement refoulé les jeux auxquels nous jouions mes amies et moi. On avait des scénarios du patron et sa secrétaire, du photographe et son modèle, on mettait en scène nos fantasmes sans crainte allant même jusqu'à des rapprochement assez poussés. Tout cela me revenant en mémoire, je commence à envisager les femmes sous un tout autre regard. Je commence à me rapprocher de Laura et il se crée entre nous une relation complice et délicate. L'approche n'est pas facile à faire car je n'ai jamais séduit de femme mais en cherchant à la connaître, à l'accompagner dans ce qu'elle aime, nous devenons de très bonnes amies. Les semaines passent et finalement je ne sais toujours pas comment me lancer. Mon couple n'est pas aussi enthousiasmant en comparaison à toute la réflexion que je dois mener pour trouver comment passer un moment charnel avec elle.



C'est en lui écrivant que j'arrive à lui avouer mon attirance. Dès lors, son attitude avec moi n'est plus du tout la même. Elle me lance des œillades enflammés et porte son corps d'une tout autre manière. Elle me dit qu'elle veux bien, c'est ce que je crois deviner. Un soir, nous étions chez moi, c'était la soirée idéale pour me lancer. Nous parlions, buvions et fumions l'une prés de l'autre. Elle était assise sur le canapé et moi sur le sol tout prés de ses jambes. Quand je lui tendis le joint, nos doigts se touchèrent dans un mouvement qui ne voulait pas cesser d’être. Un peu plus tard, je lui propose une soufflette, nos bouches se touchent, mes seins collés sur ses jambes, elle aspire la fumée qui s’échappe d'entre mes lèvres. Je lui demande après avoir longuement lorgner sur ses belles jambes si je peux les toucher. Elle accepte et se remet dans une posture langoureuse avec son air charmeur. Enfin, mes mains se promennent sur son corps. Elle est là, offerte à mon plaisir de la voir se detendre sous mes caresses. Mes mains se posent sur ses chevilles si fines, je prends son mollet dans le creux de ma paume, c'est chaud. J'imagine dejà ses fesses à la place. Je respire un peu plus profondément, le contact entre nous est électrique. Je lève les yeux et la regarde, elle aussi à l'air toute palpitante, sa bouche entre-ouverte, ses yeux mis clos, sa jambe tendue vers moi. Bordel! Laura! Elle est là, offerte à mes caresses, il faut que je m'applique, j'aimerais tellement la voir tressaillir, la voir gémir et se tordre de plaisir, mais nous avons tout notre temps et à cet instant, elle m'offre son corps comme terrain de découverte. 

Mes mains palpent ses jambes intensément. Je remonte sous le genoux et me déplace pour ouvrir un peu le passage, mon buste cambré se frotte pour faire saillir mes pointes de seins sur ses cuisses. Je la regarde et sort le bout de ma langue pour dessiner sur sa peau, j'ouvre plus grand la bouche et mord tendrement dans la chair intérieur de sa jambe. Elle soulève son bassin et montre son empressement à quitter ses vêtements. Avant qu'elle ne se lève, je retrousse sa jupe puis j’écarte le tissu qui recouvre son antre déjà glissant de désir. Je rapproche mon visage de son ventre pour l'embrasser, j'ouvre son cache cœur et découvre ses adorable petits seins, elle gémit et se tortille, impatiente que je m'occupe d'elle mais je me surprend à la contempler sans cesser de palper ses cuisses, ses hanches, sa taille, son corps de femme... et quelle femme!



Ses seins réagissent très vite aux caresses et ils se dressent dans ma bouche pour être mordillés et aspirés. Elle gémit plus fort encore, se mord les lèvres. C'est elle qui m'embrasse à présent, elle me fait comprendre à qu'elle point elle a envie elle aussi. Je suis aux anges. Nos bouches se mélangent, nos langues se malaxent. Nos corps pris dans une ondée de plaisir grandissante sont portés dans un fusionnement charnel qui nous transporte à la rencontre l'une de l'autre. Mes mains descendent à présent entre ses jambes, je frôle légèrement avec mon doigt l’intérieur de ses cuisses m' avançant plus prés à chaque passage. Elle trésaille. Mes doigts se rapprochent dangereusement de son entrejambe, j'y sens une chaleur diffuse que me donne irrépressiblement envie de glisser en elle. Toujours nos langues mêlées, nos poitrines dressées l'une vers l'autre, j'aventure mes doigts sous la dentelle de sa culotte. C'est trempé, sa mouille glissante et chaude se répand sur mes doigts, sa chair gonflée et frémissante ondule et se frotte, m'invite à glisser plus loin. Elle m'aspire les doigts à l'intérieur, elle est brulante. Je la sens s'ouvrir et pousser sur ma main pour que je rentre plus loin, ses gémissements emplissent la pièce, j'ai l'impression d'entendre sa voix tourner autour de moi, son bassin agissant indépendamment de sa volonté. Elle remue de plus en plus vite, avec ma main je m'applique à lui faire sentir un massage délicat mais suffisamment ferme, tout les muscles de ses parois sont serrés contre mes doigts, elle se referme successivement. « Ho oui, ho oui » murmure-elle, la tête renversée. Mon ventre serré de la voir ainsi, comme une possédée prête à lâcher toute idée de retenue, je commence à sentir mon plaisir couler, mes lèvres glissantes et gonflées frottent l'une sur l'autre au rythme de mes ondulations et me font gémir à mon tour. Plus vite, plus fort ma main s'active entre ses jambes, elle se tend comme un arc, tendue à la rencontre de mon offrande. Mes doigts en elle, pliés vers le haut, ma paume au contact de son pubis, mon pouce tournant autour de son bouton dressé. Elle blottit son visage dans mon cou et lâche des râles d'extase. Tout son sexe vivant comme une partie indépendante du reste, nous sommes témoins de son orgasme. C'est si fort, si puissant, c'est un voyage, on touche les astres en cet instant. Que ce fut bon d’être celle qui lui fit parvenir et récolter son plaisir coulant sur mes doigts.


images trouvées sur le net






3 commentaires:

  1. quelle superbe recit de découverte mais y a t il une suite...

    RépondreSupprimer
  2. point de désillusion dans ce texte ... seulement du désir, de l'envie et de la sensibilité.
    Superbe.

    Pat(min)

    RépondreSupprimer
  3. Mmmm, c'était divin. Je me suis touchée ;-)

    RépondreSupprimer