vendredi 1 mai 2015

Petite bourgoise, écrit par Donatien







Je vais vous raconter une aventure qui m’est arrivé il y a… 25 ans et oui ! Caroline est une jeune femme de 25 ans, petite, a peine un mètre cinquante, blonde, cheveux raide, yeux bleus, de petits seins et ma fois pas mal du tout. Plutôt BCBG, toujours très bien habillée, assez strict, mais cela lui allez très bien. On s’est rencontré sur Paris ou je me rendais régulièrement à cette époque. Très vite je me suis rendu compte que je ne lui était pas indifférent, mais qu’elle n’était pas des plus faciles à faire tomber. Au bout de quelques rencontres on est aller passer une soirée dans ma chambre d’hôtel.

Agréable, mais je l’ai senti, tendu, et avec le recul insatisfaite. Je ne savais pas ce qui lui manquait ! Une deuxième rencontre quelques semaines plus tard et elle m’a dirigé adroitement sur les jeux de dominations et soumission de sa part ! Je n’avais à l’époque aucune expérience sur ce thème. Pour la troisième rencontre, elle m’a envoyé par courrier un scénario ! J’ai été surpris, mais très émoustillé.

Je la rencontre chez elle, je joue un représentant et je dois l’obliger à me laisser entrer et en suis-je dois….
J’arrive à la convaincre par des arguments fallacieux de me laisser entrer. Une fois chez elle je me mets à lui faire des allusions de plus en plus directs sur ses formes, et sur (ce qu’elle ma demandait de lui dire) son air de petite salope de bourgeoise. A ces mots elle m’ordonne de sortir. Je la prends par les poignets et je l’amène contre moi et elle se débat réellement !

N’ayant pas envie de lui faire mal, je suis quand même d’un autre gabarit que le sien j’arrive à l’immobiliser a peu prés et à ce moment je vois la corbeille pleine de foulards dont elle a parlé sur son courrier. Je l’amène vers la corbeille et j’arrive à lui attacher les poignets. Je la pousse contre la rambarde de l’escalier qui monte à un étage supérieure et je lui attache les poignets au dessus de la tête. Elle porte un chemisier blanc, et une jupe plissée, des bas et des escarpins noir. Je passe ma main sur ses petits seins et je les lui masse fermement.

Elle me couvre d’injures sans crier pour ne pas alerter les voisins! Je glisse mes mains sous son chemisier et sous son soutien gorge, j’en extrait les seins et je les malaxe et pince les tétons. Je fait sauter les boutons du vêtement en tirant violemment dessus, le tissu cède et je fini de déchiré le fin coton. Je prends mon couteau de poche et je découpe le soutien gorge entre ses seins, qui se trouvent libéré et tendu, tétons dressés. Je les prends entre mes pouces et index et je les vrille fortement. Elle arrête de m’injurier et sa tête se penche en arrière, elle se hisse sur la point des pieds, son ventre s’avance comme pour me demander de m’occuper de lui. Je lâche ses mamelons et je descends mes deux mains sur ses hanches et je passe dessous sa jupe, je la relève et d’un coup sec je l’arrache dans un bruit de tissu déchiré !

La voilà en porte jarretelle petite culotte et bas ! Très jolie, je me recule pour l'admirer et elle recommence à m’injurier. Je m’avance vers elle et je lui prends le bas du visage dans ma main droite et je lui dis que je ne supporte plus ses insultes. Je lui donne de mon autre main un bonne tape sur les fesses. Elle ne dit plus rien. Je reprends mon couteau et je fais passer la lame sur sa cuisse et je remonte pour passer sous sa culotte rouge, et je tir le tranchant à moi et le tissu cède, je passe la lame de l’autre coté et je recommence, la culotte tombe au sol.
Elle est blonde je vous l’ai dit, mais sa toison et sombre. Je pose ma main sur ce coin de paradis et elle se cambre. Je cherche le passage entre ses lèvres et je découvre un maraichage exubérant ! Rien a voir avec nos deux premières rencontres ou l’humidité n’était que très légère. Je glisse un doigt en elle et tout de suite elle pousse un feulement de plaisir. Je commence à la caresser fermement je dirai même presque violemment et je sent cette fois ci que c’est comme cela qu’elle aime être ouvragée ! Mon autre main passe d’un téton à l’autre et les tire, les pince, les écrase, Je n’ai aucun gloriole à avoir, je la fais jouir très rapidement, mais ce n’est pas moi, c’est la situation qui l’excite ! Mais c’est tout de même très agréable.

La main dégoulinante de son plaisir je la sort et je lui fait lécher sa mouille (ce n’étais pas dans le scénario) et elle hésite et puis se lâche. Je la retourne et j’ai sous les yeux un des plus jolies petits culs qui m’a été offert de voir, rond ferme superbe ! Et dans le scénario elle m’a dit qu’elle voulais que je la « prenne par la petite porte, quoi qu’elle dise et même si elle refuse fermement »

Les fois d’avant je n’avais même pas envisagé de la sodomiser. Je dois dire que son cul est fait pour cela! Je passe ma main entre ses cuisses et je mouille mon index et je le présente à son anus. Je fais tournoyer mon doigt et elle me dis qu’elle ne veut surtout pas de ça ! Je m’approche d’elle et dans l’oreille je lui dis « je vais t’enculer petite salope de Bourgeoise et tu en redemanderas ! »

Je glisse un doigt en elle, les insultes pleuvent, je glisse deux doigts, elle pleurniche et me supplie, je glisse un troisième doigt, elle pleure. Je repense à son scénario et je me dis bon et bien faisons ce qu’elle me demande. Et je l’encule, son petit cul est, je le répète fais pour se faire défoncer, passage facile, mais bien serrant quand on est dedans et je peux entrer en entier sans problème et la douceur de ses fesses sur mes cuisses et mon ventre et un délice.

Je pose mes mains sur ses hanches et je la fait aller et venir sur toute la longueur de mon sexe et bien sur je me vide en elle dans un grand râle de plaisir. Je reconnais qu’a ce moment je n’ai pas trop pensé à son plaisir. Mais quand je me suis aperçu qu’elle avait les jambes trempées de son miel, je me suis senti un peu moins égoïste !

On reprends notre souffle et elle m’annonce sans aucune gène «  tu devrais partir mon mari rentre bientôt ! » Je ne savais pas qu’elle était marié !

Nos quelques rapport suivant furent de la même nature avec des variantes dans le scénario.
C’était donc ma première dans ces jeux de D/S. Depuis j’ai eu le plaisir de rencontrer quelques fois d’autres filles aimant ces rapports, et avec un connotation psychologique des plus agréable dans la préparation



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire