vendredi 19 juin 2015

Mon expérience avec Pauline

Il y a quelques années au début de l'été, j'étais en couple- enfin...plus ou moins- je sortais avec Frederick depuis quelques semaines. J'avais gardé l'abonnement d'un site de rencontre sur lequel j'avais fait la connaissance d'une jeune gendarmette : Pauline. Une grande blonde au cheveux court, lesbienne, les yeux rieurs et un accent du sud des plus charmant. Un jour, elle décide de venir me rendre visite. Elle sait que je suis en couple quant à Frederick, il a l'air ravi de l'apprendre et sans que cela ne pose problème nous allons passé la soirée ensemble dans le parc des buttes Chaumont. L'ambiance est amicale, nous dinons tout les trois puis Alexis nous laisse rentrer toutes les deux chez moi où nous passerons la nuit ensemble. Nous avons beaucoup parlé, notre complicité déjà très présente à l'origine n'a cessé de grandir et nous nous sentions très proche à la fin de la soirée. Tant et si bien que nos corps commencèrent à se rapprocher.
Elle m'impressionnait, comme à chaque fois que je couche avec une fille d'ailleurs, elle était bien plus grande que moi et son air mutin ne laissait rien deviner des folies qu'elle comptait faire ce soir là. Je me souviens de son corps soyeux et sportif, de l'assurance de ses gestes lorsqu'elle prenait les devants. Je me souviens aussi précisément de ses yeux bleu clairs que de sa chatte épilées, je me souviens aussi, lorsque je m'affairais entre ses jambes avec application elle me dit « Tu veux vraiment me rendre folle? ». Puis lorsqu'elle me confia ensuite qu'une seule fois dans sa vie elle avait eu un orgasme qui lui fit trembler les jambes et stupéfaite encore un instant, elle se demandait comment cela était possible. Elle s'est occupée de moi longuement pour me faire monter, c'était une amante patiente et persévérante, sa langue passait et repassait doucement sur la pointe qui dardait vers le ciel, elle ne me lâchait pas des yeux, observant mes moindres réactions pour confirmer ou ajuster son geste, elle suivait le rythme de ma respiration et les vagues commencèrent à enfler et a se répandre. Les contractions de plaisir fortes et rapprochées accompagnèrent mes audibles gémissements. Elle renchéri de finesse et de précision, ne lâchant rien de sa vigueur, sa main glissante se tortille pour entrer et passant à la lisière de deux mondes, je m'envole tandis que mon corps explose en saccades.
Nous restâmes l'une sur l'autre nues en encore trempée de désir, nous câlinant. Son coté romantique la rendait plus belle encore, car de la sensibilité elle en avait pour deux sous son allure altière. Elle repartie le lendemain sans avoir vu tout les lieux que nous aurions pu visiter ensemble mais nous avions mieux à faire. C'était un « coup de foudre » amical qui perdura malgré la distance et le peu de contact.
Cette expérience marqua le début de ma relation avec Fréderick, il m'avait laisser vivre cette aventure humaine avec la plus grande bienveillance, sans se sentir menacé, et c'est peu être cela qui me surpris le plus. Admirative face à tant de tolérance, je pensais à ce qu'il adviendrait si la réciproque se présentait et très vite je chassa cette pensée effrayante de mon esprit. Encore que, si cela fut fait avec la même transparence...
Jamais je n'avais eu de partenaire qui puisse m'accepter autant et sans plus me poser de question, je le pris juste comme une énorme preuve d'amour.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire