vendredi 4 septembre 2015

Avis personnel et conseils sur la sodomie :






Comment vous parler de la petite porte sans vous dire que c'est un passage étroit qui requiert dextérité et patience? Comment vous parler de ceci sans dire avant tout que c'est une affaire très personnelle, que des conseils généralistes ne remplaceront jamais une expérience empirique?
Comment vous parler de cela sans vous dire que je suis ni spécialiste, ni pro du sujet mais une simple pratiquante convaincue... Essayons, car ce sujet me touche en premier lieu et aussi parce que que je n'aime pas lire ce qu'aiment les femmes « généralement », je reste toujours critique vis à vis des conseils que je peux lire, alors en donner moi même ce serait un comble.

Le corps a une mémoire

Alors tout de même, si peux me permettre de donner mon avis personnel, je distinguerais deux choses: l'auto érotisme et la sexualité. J'ai toujours constaté une grande différence entre ce que je pouvais découvrir seule par moi même sans l'influence d'un partenaire à séduire, et ce qu'il se passait à deux dans un lit. Voilà le seul conseil que je donnerai, c'est de cultiver son auto érotisme pour chercher en solo les choses qui nous font du bien. Par exemple, pour vous raconter encore ma vie, à 15 ans on essayait bien avec mes boyfriends mais cela ne marchait pas vraiment. Une fois que j'ai découvert et exploré cette pratique seule vers 16 ans, je suis parvenue à trouver ça très agréable au début et d'un plaisir très puissant à la fin. J'étais surprise d'avoir lubrifié autant et qu'il n'y ait rien de sale. L'excitation a cette capacité, quand elle est bien présente, de mettre notre corps à disposition en quelque sorte, chose que je n'avais jamais constaté avant, quand nous tentions en forçant, évidement. La lubrification est sans doute l'aspect le plus important : de cela va dépendre l'hydratation de la peau. La paroi de la muqueuse est très fine et peut se déchirer facilement, donc pour poursuivre l'exploration sans inconfort c'est primordial.

Toutes pratiques sexuelles, tous désirs même, partent d'une volonté personnelle d'exploration. Dès lors que cela sera pour plaire, faire plaisir à l'autre, il y aura un risque messieurs, pour que cela soit considéré comme un « super cadeau » fait par votre douce ,qui vous en coutera d'une manière ou d'une autre (restau ou crise d'affection?).

Des questionnements moraux autour de la sodomie :
Outre l'aspect « propre ou pas assez », « douloureux ou pas », il y a une troisième chose : c'est cette maxime populaire disant qu'une fille qu'on encule, on ne la marie pas. Mais oui! aussi couillon que cela puisse paraître, cela reste assez vrai en pratique : si l'on couche le premier soir et qu'en plus on aime par derrière, on sera un bon plan cul. Une raison qui pourrait motiver un refus en début de relation : La peur de passer pour une fille trop chaude... Cependant, on ne vit qu'une fois et on ne peut plus se permettre ce genre de considérations moralistes continuellement, donc si l'envie est là, pourquoi pas.

Votre compagne reste à convaincre, comment faire?

Rien, ne lui en parlez plus et trouvez une amante qui aime ça, à moins que vous aimiez ce contexte de forcing justement, mais là ... je ne vous encouragerai pas à la manipulation.
Ou alors juste un petit peu. Vous pouvez lui faire lire le paragraphe suivant.

Pour vous mesdames : des conseils pour vous initier en douceur

La sodomie seule : « On n'est jamais mieux servi que par soi-même » disait ma grand-mère, j'ai vérifié et hormis quelques amants exceptionnels, c'est assez vrai.
  • Trouver un objet qui vous inspire confiance, arrondi, allongé, que l'on peux tenir ou qui a une « butée » (attention à l'aspiration d'autant plus que les contractions lors de l'orgasme peuvent être très fortes).
  • Trouver de quoi enduire votre objet et vous préparer en envisageant cela comme un massage. Pensez à relâcher votre dos et respirez régulièrement car ce n'est pas évident de se détendre au début. Vous êtes seule, personne ne peut vous voir alors faites ce que vous voulez.

  • Prenez un miroir pour voir comme ça réagit en surface par exemple, cela peut être instructif et stimulant même. Vous trouverez l'angle d'attaque optimum selon la position, vous trouverez la longueur qu'il convient de sortir pour ne pas se resserrer et expulser... bref vous comprendrez votre corps et votre corps s'en souviendra. Les jours qui suivront vous aurez surement une conscience accrue de cette zone là, une meilleure maitrise musculaire et envie de recommencer assurément...

La sodomie à deux: Exprimez vous! Prenez les devants! Que ce soit par un mot cru ou un geste entendu, montrez-lui ce que vous désirez, faites-lui comprendre que vous êtes prête à l'accepter, montrez que vous avez découvert de nouvelles capacités. Vous serez la plus à même de savoir comment vous y prendre pour le rentrer sans accrocs. Demandez lui de se laisser faire, pour une fois, et montrez-lui comment vous voudriez qu'il fasse la prochaine fois, sans oublier votre plaisir à vous. L'amazone reste une position très accessible et qui permet à la femme de s'asseoir progressivement, mais chacune fait comme elle veut bien sur.


Des conseils pour les mecs:

Je ne sais pas ce que les autres filles aiment, mais plutôt que dire « détends-toi » massez-lui les épaules par exemple. Plutôt que de s'emparer d'un tube de lubrifiant, proposez un massage dont l'huile est compatible avec la pénétration par exemple...
Ce que je pense de l'anulingus : très efficace mécaniquement mais encore une fois, peut créer des blocages.
Ce que je pense de la poire de lavement... pareil, pas l'idéal pour mettre en confiance, j'imagine la scène:
«  Tiens chérie je t'ai pris ça, comme t'avais peur d'avoir des traces » hum quel délicate attention ;) Par contre se servir du jet de la douche a toujours été sympathique et efficace, pour peu qu'on se souvienne d'éviter les lavements vaginaux.

Les sensations lors de la pénétration sont hors du commun, à cet instant je me sens pleine à ras-bord, gonflée comme une baudruche, prête à exploser. Ensuite, la chaleur se diffuse et monte à la tête, il faut rester sans bouger, attendre que le corps s'habitue, se détende. Quand le quatrième centimètre est passé, ça entre, ça aspire même presque, et c'est pour ça qu'il ne faut pas « pomper » mais glisser, coulisser pour que les choses restent à leur place.


Conclusion, même si j'aime, cela reste assez exceptionnel. Ça arrive a des moments d'excitation culminants souvent, sans que ce soit le but premier, et c'est toujours extraordinairement intense.

1 commentaire:

  1. Pour être bi et avoir expérimenté la sodomie sous différentes formes, je rejoins complétement Anouchka sur cette nécessité de confort indispensable.
    Confort mental après un lavement de se savoir propre et en capacité de s'offrir sans réticence. Confort physique par un relâchement par analingus et massage Enfin, une patience préparation qui empêche toute douleur lors du délicat moment de la pénétration pour en faire ce moment de grace que tu décrit...
    Pier'O

    RépondreSupprimer