jeudi 15 octobre 2015

Une sortie en club.




C'était cet été, nous étions en vacances en famille en Savoie. J'avais eu connaissance d'un lieu libertin type club-hammam qui se trouvait à deux rue de l'appartement dans lequel nous logions. Curieuse comme toujours, je me devais d'aller voir, d'autant que je n'avais jamais été dans un club "mouillé" et c'était l'occasion rêvée d'y aller avec mon conjoint. Je tenais absolument à passer une soirée en amoureux pour nous retrouver un peu entre adultes, sans les enfants. La baby-sitter trouvée, la soirée s'offrait à nous.
Nous commençons par un bon dîner dans un restaurant en terrasse du centre ville, en prenant notre temps car le club n'ouvrait qu'à partir de 22h. Le club se trouve dans une petite rue dissimulée où très peu de gens passent à cette heure tardive. Il y a plusieurs autres clubs bien plus visibles que celui là dans la ville, mais ils ne proposent pas les mêmes choses. C'est vrai qu'en y réfléchissant on y sent quelques choses d'historique, comme si par ici les jeux ( car il y a aussi plusieurs casinos) et le sexe étaient des loisirs coutumiers, comme si du fait que la Savoie était encore un comté autonome il y a deux cents ans, il y avait une sorte de tolérance culturelle.
En arrivant devant le club on ralentit le pas en finissant nos clopes. La porte est ouverte, un type qui glandait dans la rue, juste derrière nous, nous dépasse et y entre. Nous saluons un bonhomme en teeshirt qui fume devant, c'est l'ouvreur en fait! Il écrase sa clope et entre se mettre derrière le guichet. Il nous demande de son air jovial si nous connaissons le lieu. Je lui réponds que j'ai regardé sur internet... il nous fait la présentation rapide. Ce soir, c'est samedi donc soirée couple, 30 euros plus deux consos, le vestiaire, les clefs et les serviettes nous sont remis. Le vestiaire ressemble à celui de la piscine municipale avant les travaux... ça me rappellerai presque le collège si il n'y avait pas une console de coiffeur avec miroir, laque, sèche-cheveux et tout un tas de dépliants de partenaires sous forme de prévention. Il nous attend de l'autre coté, au bar, pendant que nous nous changeons. Nous sommes désormais nus sous nos serviettes, nous nous rendons au bar où le propriétaire des lieux nous accueille et nous fait la traditionnelle visite guidée : la salle du bas est tamisée, la déco n'est pas trop moche. Le jacuzzi au fond en face du bar, sur la droite une porte vitrée toute embuée mène au hammam et sa table en pierre (propice aux examens médicaux...).
C’est propre et pour cause, puisque nous arrivons à l'ouverture, pour l'instant il n'y a qu'un couple qui bavarde avec l'ouvreur au bar. Nous poursuivons notre visite à l'étage en passant par l’élégant escalier transparent. Le sol est vitré permettant aussi bien de voir le jacuzzi en bas que de montrer nos entre-jambes en contre-plongée à ceux qui s'y trouveraient. Le sauna en bois précède plusieurs petites salles sous les combles qui servent de coins câlin, l'une d'elles au fond du couloir est un peu plus spacieuse. Des bocaux remplis de préservatifs sont disposés un peu partout autour des banquettes. Tout est bleu. L'ambiance est très feutrée, presque confinée. Il n'y a personne pour le moment mais j'imagine déjà ces salles remplies de fougueux partenaires de jeux. Avant de redescendre au bar prendre notre conso, je remarque juste avant les escaliers un petite salle de visionnage ou se projette d’ailleurs déjà un film X. À l'ancienne, une basique fellation, toujours efficace.
Sans nous attarder sur cela nous allons nous installer au bar, je suis comme une petite souris qui voudrait savoir de quoi sont en train de parler ces gens. Ils n'ont pas l'air très contents, la femme ne parle pas beaucoup, c'est surtout son partenaire qui râle de ne pas trouver de vrais libertins... Intérieurement je jubile car cette question des "vrais" libertins me fait doucement sourire, je tends l'oreille encore plus. "Moi ça me fait marrer les gens qui disent au dernier moment 'ha non, nous on est QUE mélangiste, ou QUE ceci, QUE cela...' et le pire, alors ça je comprends pas, c'est le côte-à-côtisme, quel intérêt?" Mon conjoint et moi nous lançons des regards complices en souriant. Le propriétaire du bar commence à confirmer quelque chose que je perçoit comme une sorte de déception "le problème c'est qu'il des gens qui ne connaissent pas, qui ont entendu dire que c’était la mode et qui veulent venir voir sans pour autant être prêts à franchir le cap". Mon compagnon pose la question de la différence de fréquentation qu'il peut y avoir entre les clubs de la capitale et un club de province, le proprio nous répond qu'il y a des gens qui se déplacent de loin car il n'y a pas énormément de clubs comme celui-ci dans la région, d'ailleurs les gens qui sont à coté de nous venaient de faire 40 kilomètres spécialement pour cela.
Nos verres sont vides à présent et il me tarde de pouvoir tester les infrastructures proposées. Commençons par le hammam, très chargé en humidité: l'atmosphère est un peu étouffante, je ne suis même pas tentée de m'assoir sur la table qui suinte, malgré que mon chéri y passe un coup de raclette. Nous ressortons rapidement. Tentons le jacuzzi! Quelques hommes seuls sont accoudés au rebord à bonne distance les uns des autres. C'est le moment de quitter nos serviettes, instant délicat tout de même car c'est hors du commun et c'est aussi pour cela que je savoure autant, le plaisir de pouvoir évoluer nue naturellement parmi les autres. C'est assumer l'effet que cela pourrait produire aussi et pour l'instant, comme à chaque fois, je ne sais pas ce qu'il va se passer. Je pose ma serviette sur le radiateur et sans prêter attention aux regards je descends les escaliers pour me mettre dans l'eau. Je reste avec mon conjoint près du bord et tente de sentir si les remous et vaguelettes pourraient me faire quelques choses. Ho divine surprise, je trouve un jet d'eau plus fort que les autres situé juste au bon emplacement pour passer entre mes jambes avec délice. Je cherche l'endroit propice, la position, l'angle pour sentir comme c'est bon. Holala... si je reste là je pourrais bien jouir devant tous ces gens et cette idée m'excite encore plus. Pour l'instant personne n'a rien remarqué, peut être quelques uns se doutent car il connaissent l'endroit de ce jet magique. Il y a un petit pictogramme informant qu'il est interdit d'avoir des rapports sexuels dans le jacuzzi. Cette pancarte ne concerne que ceux qui se mélangent me dis je, et puis si c'est interdit de jouir ici, cela rend la douceur du jet d'eau encore plus savoureuse. Comme une transgression silencieuse, le plaisir se rapproche et grandit, enfle et me remplit de bien-être. J'ai du mal à rester alerte à ce qui se passe autour, plus la sensation grandit et plus je me sens comme dans une bulle, en dehors de toute exhibition. Dans un sursaut, la première vague de plaisir me surprend et me submerge en commençant par une contraction profonde et sourde qui se répand vers le haut de l'abdomen. Montant comme le ferait l'effet d'une drogue sur le cerveau, en ouvrant des synapses et connectant des neurones jusqu'alors en hibernation. C'est grisant de constater que je suis là, comme si de rien n'était devant mon chéri et plein d'inconnus, en train de sentir l'orgasme monter et m'emmener avec lui. Deuxième sursaut, palpitation de mon bouton de chair qui s’extériorise pour vibrer sous les caresses aquatiques, vibrante contraction qui galope dans mes reins, mon ventre et remonte jusqu'à ma nuque. Je vais défaillir, je ne vais pas lutter, c'est irrémédiablement en chemin. Roulement de tambour et grondement de tonnerre se succèdent sur mon sexe palpitant, les vagues se rapprochent, s'allongent, m’atteignent une à une et me voilà submergée, inondée sous leur éclat, électrisée par l'orgasme secret qui éclate au grand jour dans l'ondée du jacuzzi.
Lorsque je refais surface, tout semble immobile, personne n'a rien vu semblerait il.

2 commentaires:

  1. On voudrait connaitre la suite ;)

    RépondreSupprimer
  2. Joli texte délicatement écrit mais pourquoi donc y avait-il des hommes seuls à une soirée couples ?

    RépondreSupprimer