jeudi 9 novembre 2017

"J'aime ce qu'on m'interdit" mon rapport à la censure


Photo by Meepat, post traitement et modèle Anouchka



 DERRIÈRE LE TABOU,
                            L'ILLICITE,
                               LE CENSURABLE

N'EST IL PAS FORMIDABLE
                              FORCE D'OPPOSITION
                                         FORCE DE PROPOSITIONS INTERDITES
                                                                                                OUTRAGEUSES
QU'IL FAUDRAIT FAIRE TAIRE
                         JUSQU’À EN CACHER LES MOTS.?


Photo by Meepat, post -traitement et modèle  : Anouchka
Provoquer la censure, n'est ce pas porter la parole, mettre en forme le caché, le secret, le mystère? Tout ce qui nous rend curieux de savoir? Connaître l'interdit, n'y-a-t'il pas pire délice que de franchir, que de sortir au delà des limites connues pour vivre l'aventure, l'émerveillement de la découverte?

La censure a ce rôle, de nous permettre de provoquer. La censure nous permet de choquer, sans cela tout serait banal, ordinaire, moins rare et moins convoité.

Mon rapport à la censure

J'aime provoquer, jouer, choquer le regard, la perception sensorielle de laquelle démarre l'émotion, le désir...
Cela me renvoie à une image de moi par rapport aux limites de la norme, celle qui a été définie en fonction de notre culture, époque, prérogatives politiques...
Cela m'aide  me situer par rapport aux autres, à trouver ma famille si l'on peut dire, savoir à quelle espèce j'appartiens.
Les limites sont le cadre dans lequel j'évolue en sécurité, sans prendre de risques.
Aller au delà, c'est s'aventurer en zone inconnue et c'est précisément là que je m'amuse le plus. Passer la frontière entre la norme et la marginalité me pose la question "est ce possible d'en revenir?"
C'est le risque , l'enjeu qui rend la chose piquante, couillue, originale.

Photographe: Alain Massa; Plasticien: Gerfau; Modèles: Anouchka et Frederick.

Est ce vraiment dangereux? 

Deux réponses simplistes: - Oui mais pas plus que le reste...
                         - Ça dépend pour qui, c'est comme l'humour.

Un autre truc dangereux, voire mortel d’après une étude menée par Oscar Wilde durant sa propre vie : l'ennui.

Être sage, pourquoi faire? 

Essentiellement rassurer.
- et pourquoi rassurer? 
(que de questions hein ;) )

Sans transition, l'explication socio-médiatique 

Le danger de la provocation dans le contexte actuel :

Les médias ne parlent plus que de cela, on en fait des films, tout est polémiques. Le danger, il est où le danger? il est dans l'accusation qui condamne. La parole libérée fait frémir dans les calebutes.

"Par pitié, ne me montrez plus jamais de putes, je ne veux pas finir derrière les barreaux pour l'avoir trop eu (le barreau)..."

Alors on ferme tout, on est tous tout sages d'un coup
         "moi? pervers? JAMAIS!"

C'est le gros flip général.
La pulsion doit être réprimée sous peine d’être un obsédé.
Parce que pour un temps le sujet n'est plus assez léger.
La conscience collective a la libido qui dit "NO, NO, NO..."
et les censurables dans leur caves trinquent ensemble
 "à la rigolade".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire