dimanche 3 janvier 2016



« Girl-Power » qu'es tu devenu?


Petit rappel historique concernant les droit des femmes pendant les trente glorieuses:

1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes.
1946 : suppression de la notion de « salaire féminin »
1960 Mouvement Français pour le Planning Familial
1965 :  Les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.
1967 : Loi Neuwirth autorise la contraception
1970 : L’autorité parentale remplace la puissance paternelle
1972 : - Reconnaissance du principe « à travail égal, salaire égal ».
        
- L’école polytechnique devient mixte : 8 femmes sont reçues
1974 : Françoise Giroud première secrétaire d’état à la condition féminine
1975 : - Loi Veil pou l’Interruption Volontaire de Grossesse - IVG
1976 : La mixité devient obligatoire pour tous les établissements scolaires publics.

La première vague de féminisme : Un lointain souvenir de cours d'éducation civique.

Pourquoi ce rappel? se souvenir qu' il n'y a pas si longtemps, des femmes se sont battues hier pour que d'autres soient libres aujourd'hui. Les principales avancées sociales se sont faites il y a déjà une quarantaine d'années et elles sont désormais acquises par les nouvelles générations qui ont grandi avec cet héritage sans véritable prise de conscience du combat qu'il aura fallu mener pour obtenir ces droits.

Introduction :  

Pour parler du girl power, il faut savoir ce qu'on entend par là donc j'ai cherché la définition de wikipédia en anglais dont je vous ai traduit un extrait à la fin de l'article *. En cherchant sur le net, je vois que ce sujet fut et reste l'objet de nombreuses études universitaires pour exemple : Le Girl Power en question dans Xena Warrior Princess et Charmed : enjeux sociaux et commerciaux dans des politiques de genre par Anne Fede
En 2015 le terme "girl power" fut employé pour parler de trois femmes qui ont abattus dix homme de DAECH article presse ou bien une femme championne de boxe article presse. Alors de quoi parle t'on? quelques definitions:

Def english wiki : https://en.wikipedia.org/wiki/Girl_power

Sur la définition de wikipédia en français voici ce que l'on trouve : 

Siouxie Sioux
À ses origines, le phénomène "girl power" est associé au  riot grrrl (mouvement musical, à la croisée du punk rock alternatif aux idées féministes émergeant au début des années 90 dans l'État de Washington. Ces groupes dénoncent souvent les problèmes liés notamment au viol, aux violences domestiques, le racisme, la sexualité et la montée en puissance des femmes. Fin 70 milieu 80 il existait déjà de nombreuses musiciennes punk rock qui influenceront par la suite le mouvement grrrl telles que Siouxsie Sioux , Poly Styrene, The Slits, Au Pairs, The Raincoats, Patti Smith.
La culture riot grrrl est souvent associée à la troisième vague de féminisme qui, en parallèle, s'accroît rapidement dans les années 90. Le mouvement riot grrrl permet aux femmes de créer leur propre musique et hurler la difficulté qu'elles rencontrent à se faire accepter dans la communauté punk rock et dans la société. 
Elles utilisent la musique et les magazines afin de partager leur point de vue sur la patriarchie, les problèmes multiples des femmes. Malgré elles, les riot grrrls se retrouvent accusées, en 1992, d'encourager la violence féminine par des magazines comme Seventeen et Newsweek )







Le girl power est un mouvement et phénomène culturel inspiré du féminisme, porté par les idoles de la musique pop (Madonna, Britney Spears, Christina Aguilera, etc.) et RnB (TLC, Destiny's Child, etc.) lancé par le groupe britannique Spice Girls en 1996 qui en font leur hymne. Les Spice Girls de 1996 à 2001 vont prôner le Girl Power en précisant qu'il ne s'agit pas de rabaisser la gent masculine mais de favoriser l'égalité des sexes et des droits. La philosophie du Girl Power par les Spice Girls comprend également l'ouverture d'esprit, la tolérance, et le respect. (Geri Halliwell ambassadrice à l'Organisation des Nations unies depuis 1998 pour lutter contre la maltraitance des femmes et le cancer du sein à travers le monde.) Le Girl Power qu'elles ont popularisé est voué à faire évoluer l'image de la femme, puis imposer une égalité et une tolérance.




 









Cette philosophie est ensuite récupérée au sein du marché de la mode. Le « girl power » n'est pas un phénomène décrit comme un mouvement recherchant l'égalité, mais comme le portrait d'une avancée croissante des femmes dans la société occidentale, due aux efforts menés pour l'égalité des sexes. D'autres le voient comme une simple résultante de l'égocentrisme occidental, mais également d'un retour caché de la femme soumise par le but premier de ces clips, qui sont en premier lieu la recherche de la satisfaction visuelle de l'homme.
Dans le contexte de la mode, le « girl power » cible entre autres les préados, les ados et les « adultescents » ; les accessoires de cette mode sont notamment : bijou ou piercing au nombril, blue-jeans « taille basse », string, mini-jupe et tout genre de vêtement dévoilant davantage le corps.


* Voici la définition traduite du Owford Dictionary qui l’intègre en 2001 
 Le pouvoir ou puissance exercé par les filles. Une attitude indépendante parmi filles et jeunes femmes manifestées dans l' ambition, l'assurance et l'individualisme.
Dr Debbie Ging, président de la BA en études en communications à l'Université de Dublin, a critiqué les idéaux du "Girl Power", disant qu'il est lié à la sexualisation des jeunes enfants, les filles en particulier. Amy McClure d'Etat de Caroline du Nord Université met en garde contre le fait de placer trop d'espoir sur le girl power comme un concept d'autonomisation. Elle dit, "une idéologie fondée sur le consumérisme ne poura jamais être un mouvement social révolutionnaire. Le fait qu'il semble être un mouvement révolutionnaire est un mensonge dangereux que non seulement les commerçants nous vendent, mais que nous avons souvent joyeusement vendu à nous-mêmes. "
Les médias peuvent parfois présenter une définition étroite de ce que signifie être une fille aujourd'hui . Un exemple courant étant jouets populaires tels Barbie Mattel. La récente «Je peux être" Barbie incarne ce concept de "girl power": que les petites filles peuvent être tout ce qu'elles veulent quand elles grandissent. Sans doute, l'image de Barbie peut aussi présenter des options rétrécies avec laquelle les filles peuvent identifier. http://www.barbie.com/fr-fr/explore/careers

Dans la société d'aujourd'hui "girl power" est soutenu et pratiqué principalement par des femmes. Les femmes dépendent d'autres femmes remarquables de parler pour eux sur le mouvement de girl power. La musique joue un rôle majeur dans la vie des peuples aujourd'hui et il est utilisé comme une plate-forme par les  hommes comme par les femmes pour diffuser des messages positifs.



 « Girl-Power » qu'es tu devenu?

Pour moi, le "Girl-Power" cela signifiait : une revendication au droit d'être désirable et respectée, une attitude un peu frimeuse qui vise à narguer les mecs avec notre popotin pour montrer que rien qu'avec nos charmes on arriverait malgré tout à les tenir par le bout du rêve. Pour moi cela disait deux choses : la première parlait de puissance et l'autre de respect. « je sais que tu le veux et tu sais que je l'ai (...) la seule chose que je demande c'est un peu de respect » disait déjà Aretha Franlin en 1967; Aujourd'hui on revendique quoi hormis de droit d'être exagérément bonne à outrance? La puissance de faire bander en somme, comme une image subliminale et hypnotisante...alors c'est super car on est enfin libre d'être vos objets, nos grand mères seraient fières de nous! Non? Allez Mamie viens avec nous, on va twerker !!!


Pussicat Dolls "don't cha" 2005. A l'origine du girls-band, une troupe burlesque dont les chorégraphies sont inspirées de Bob Fosse (Cabaret, Chicago) Menée par Nicole Scherzinger (d'origine philippine et russe) qui a finalement peu à peu ranger sa panoplie de bas résille pour dévoiler son coté femme sérieuse et mariée qu'elle sait être aussi

Milley Cirus " Wreking ball" 2013.
Elle créa le buzz autour de son revirement de personnage, elle quitte son rôle sage de Hanna Montana pour devenir elle même revendique t'elle (un peu comme son ainée Britney, passant de vierge amoureuse à "slave 4 U" souvenez-vous)
Bob Sinclar "Fire ball" 
Clip hilarant où l'on caricature la transformation de l'image de la femme faite par l'industrie du disque notamment mais aussi par nous même lorsque nous essayons de correspondre à un idéal masculin .

Global Deejays "What a feeling" reprise du fameux morceau d'Irene Carra dans la bande originale du film "Flashdance" dans lequel une jeune femme métallurgiste dansait dans des peep show pour arrondir ses fins de mois tout en rêvant d’intégrer une prestigieuse école de danse. La scène finale se passe comme ici devant un jury coincé qu'elle arrive à bluffer par son énergie et ses pas originaux... héritage donc, aujourd'hui nos armes de persuasions semblent être devenues principalement  le secouage de cheveux et l’échancrure (très important pour voir si la technique du grand éccart est correcte of course)


Alex Gaudino




Celles qui en ont:




Missy Eliot "Work it " 2002


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire